Chère madame Anxiété

Ça fait bien longtemps que je te connais Madame Anxiété. Malheureusement si je puis dire, j’ai dû apprendre à te connaitre dès le début de adolescence, voire même avant mais je n’en suis pas certaine. Toi et moi avons appris à nous connaitre beaucoup trop tôt lorsque j’ai commencé à penser qu’il fallait que je sois parfaite pour être heureuse. J’ai commencé à te connaitre lorsque j’ai commencé à croire que rien chez moi n’était suffisant, qu’il fallait que je change tout ce que j’étais. C’est alors que je voulais tout effacer. Ma personnalité. Ma sensibilité. Toutes mes petites imperfections. Tout. Plus le temps passait, plus je me détestais et plus je me détestais, plus mon perfectionnisme grandissait. En même temps, c’est dur de grandir dans un monde où il ne faut pas être trop sensible, toujours productif, toujours faire mieux, où rien n’est jamais suffisant. Évidemment plus j’attendais de moi, plus j’étais anxieuse.

J’étais toujours été très sensible, en particulier aux émotions des autres. J’ai toujours eu cette sensibilité, un grand besoin de m’exprimer et de créer. Cependant, les émotions m’ont très souvent été présentées de manière négative. « Oh, celle-là elle est trop émotive! », « Sois plus résiliente! », « Utilise ton raisonnement! » ou encore « Arrête d’être aussi dramatique! ». La plupart du temps lorsque l’on exprime nos émotions, on nous dit « Arrête de pleurer, ce n’est pas grave! » quand on est triste. Ou même lorsqu’on est heureux et que l’on rit aux éclats, il peut arriver qu’on entende « Arrête de rire aussi fort, tu me fais la honte! ». On ne se laisse souvent donc pas le droit d’exprimer nos émotions ou de les vivre tout simplement. On les réprime mais, dans la vie, tout ce qui n’est pas résolu revient souvent d’une autre manière et moi ça a été sous la forme de l’anxiété. Alors que j’ai toujours été une grande émotive, j’ai dû apprendre à réprimer mes émotions. Alors que ma sensibilité s’avérait également être ma force. La force de sentir grandement les émotions des autres et de vouloir les aider, la force de voir le positif dans toute situation, ou la force de puiser dans ma sensibilité pour créer.

Puis, les années ont passé et le calme de ma vie s’est, petit-à-petit, transformé en un ouragan. J’ai commencé à rencontrer problème sur problème. C’est à ce moment-là que je me suis rendue compte que je ne serais jamais parfaite et que la vie ne l’était pas. Que si je voulais survivre à toutes ces difficultés, je devrais dire au revoir au perfectionnisme, à mes attentes et commencer à prendre soin de moi car j’étais presque tout ce qu’il me restait de stable. J’ai donc, petit-à-petit, appris à m’aimer moi avec toutes mes imperfections et… mes émotions! À les accepter pleinement et à les vivre. Et, étonnamment, c’est à ce moment précis que mon anxiété a commencé à diminuer. J’ai appris à remplacer mes attentes irréelles avec de la gratitude pour ce que j’avais déjà. J’ai commencé à profiter de chaque instant et à vivre au lieu de penser qu’il fallait que je sois productive tout le temps. À faire confiance à la vie aussi. Petit-à-petit, j’ai commencé à percevoir la vie comme un cadeau et à prendre soin, à prendre soin de moi aussi. J’ai aussi appris à développer et faire confiance à mes intuitions plutôt que de ne considérer comme juste « ce qui est censé être ». Bien sûr, j’ai encore beaucoup de chemin à faire mais je sais que je suis sur la bonne voie. ❤

L’optimisme que j’ai aujourd’hui n’est pas sorti de nulle part. Après avoir fait face à de l’anxiété pendant de nombreuses années ainsi qu’à un problème alimentaire (dont j’ai complètement guéri il y a 3 ans, merci la vie! ❤ ), les petites choses de la vie qui peuvent parfois paraitre futiles aux yeux de certains deviennent de véritables cadeaux. Dorénavant, je décide plus que tout profiter du moment à ma propre manière sans trop penser à l’avenir, au regard des autres, aux attentes, etc. Tout ce que nous avons est l’instant présent et je veux en profiter en écoutant mon coeur.

 

Capture d_écran 2018-01-06 à 00.04.43

 

2 commentaires sur « Chère madame Anxiété »

  1. J’ai l’impression d’avoir écris cet article hahaha !
    Je ressens exactement la même chose et je pense que c’est aussi super important de voir que l’on est pas les seules dans ce monde histoire de mieux accepter cette petite hypersensibilité.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, tout à fait! J’ai souvent l’impression d’être seule à être hypersensible et ça m’aide de savoir qu’il y a d’autres personnes comme moi également. Ce n’est pas facile d’être sensible dans un monde comme le notre! Apprendre à vivre avec cette sensibilité est une chose mais l’accepter est tout aussi difficile! Merci d’avoir lu mon article, ça me fait très plaisir 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s